L’art de l’informel, entre appropriation et fuite du monde