Zero, Otto Piene et le nouvel idéalisme